EAPN

Vous êtes ici : Home Pauvreté dans l'UE Faits et tendances

Pauvreté : faits et tendances

tableau-1.jpg
tableau-2

Les données les plus récentes (2005) montrent que 16% de la population européenne, c’est-à-dire 78 millions de personnes, sont menacées par la pauvreté.

L'image de la pauvreté dans l'UE

Les données les plus récentes (2005) montrent que 16% de la population européenne, c’est-à-dire 78 millions de personnes, sont menacées par la pauvreté. Néanmoins, il existe de grandes différences entre les Etats membres: par exemple, entre 9 et 12% de la population est menacée en Suède, en République Tchèque, aux Pays-Bas, au Danemark, en Autriche, en Slovénie et en Finlande alors que 20 % de la population ou plus est menacée en Lituanie, en Pologne, en Irlande, en Grèce, en Espagne et au Portugal.

TAUX DE RISQUE DE PAUVRETE (Source: SILC (2005)

Les enfants (de 0 à 17ans) présentent un niveau de pauvreté très élevé (19%). Les familles monoparentales et les ménages avec enfants à charge présentent, quant à eux, le taux le plus élevé de pauvreté. Pour une famille monoparentale avec un enfant à charge, le risque de pauvreté s’élève à 33%. Autre tranche d’âge à haut risque, les jeunes (de 18 à 24 ans) avec un taux de 18% et les personnes âgées (65 ans et plus) avec une taux de 19% ; dans ce dernier groupe, les femmes âgées sont davantage menacées que les hommes (21% contre 16%).

Bien évidemment, comme nous l’avons souligné précédemment, ces chiffres ne couvrent pas les personnes connaissant les situations les plus extrêmes, à savoir les minorités ethniques, surtout les Roms, les immigrants, les migrants sans papier, les sans-abri, les personnes vivant dans une institution ou la quittant …etc.

Dans la plupart des états membres où la pauvreté touche une large part de la population, cette pauvreté a tendance à être plus grave. Si le degré ou la gravité de la pauvreté (par exemple, quelle est la distance qui sépare le revenu des personnes menacées par la pauvreté du seuil de risque de pauvreté) dans l’ensemble de l’UE (2005) est de 23%, le niveau de pauvreté varie de 14% en Finlande (niveau le plus bas) à 30% en Pologne (niveau le plus élevé).

Le chômage demeure un facteur clé pour les personnes menacées par la pauvreté. 40% des personnes sans emploi sont menacées par la pauvreté contre 8% pour les personnes ayant un emploi, 17% pour les retraités et 23% pour les inactifs. D’autre part, si l’on prend la répartition générale de toutes les personnes de plus de 18 ans menacées par la pauvreté, une grande partie est soit à l’emploi (28%), soit retraitée (27%) soit inactive (29%) alors qu’une portion beaucoup plus congrue est sans emploi (15%). Le niveau de risque de pauvreté chez les personnes ayant un emploi dans l’UE est de 8%. En conséquence, alors que l’emploi est une porte de sortie de la pauvreté, tous les emplois ne payent pas suffisamment bien que pour tirer les personnes de la pauvreté.

Taux de risque de pauvreté en fonction de la situation par rapport à l’emploi – individuels âgés de 18 ans et plus – 2004

La pauvreté diminue-t-elle?

L’UE s’étant engagée à éradiquer la pauvreté d’ici à 2010, nombreuses sont les personnes qui souhaitent savoir si la pauvreté a diminué. Cependant, à la lecture des données disponibles, il est impossible de tracer, de manière précise, les tendances que suit la pauvreté au fil du temps.

Les données comparatives européennes les plus récentes (2005) proviennent d’une nouvelle source d’informations, Le SILC de l’UE, qui, pour des raisons techniques, ne peut être comparée directement avec des études antérieures.

Néanmoins, le pourcentage général de personnes menacées par la pauvreté (16%) n’est pas significativement différent des chiffres enregistrés dans les anciens états membres au cours des précédentes décennies (17% -1995; 16% - 1997; 15% - 1999; 15% 2001) ni de ceux enregistrés dans toute l’UE (15% - 2002). Ainsi, il est raisonnable de supposer que dans toute l’UE, le niveau de pauvreté est resté assez constant, malgré des variations importantes dans certains pays, principalement au niveau des composantes de la pauvreté (par exemple, quels sont les groupes qui vivent dans la pauvreté).

Quelques problèmatiques et thèmes clés: La valeur réelle du seuil de pauvreté

Les méthodes actuellement utilisées pour mesurer la pauvreté peuvent occulter de grandes différences dans les niveaux de privation relevés dans différents états membres, et ce si l’on ne tient pas compte de la valeur réelle du seuil de pauvreté.

En d’autres termes, lorsqu’on analyse la quantité d’argent dont une personne dispose pour vivre si elle se trouve sur le seuil de pauvreté (seuil de risque de pauvreté) et si l’on compare la situation entre pays, on constate des différences désolantes, principalement entre les anciens et les nouveaux états membres.

Par exemple, une personne célibataire vivant sur le seuil de pauvreté en Roumanie dispose de 558 euros par an alors qu’au Luxembourg, elle en toucherait 17.087. En Roumanie, une personne célibataire menacée de pauvreté vit avec moins de 2 euros par jour et en Bulgarie, en Lettonie et en Lituanie, la même personne vivrait avec moins de quatre euros par jour.